Bâtiment Atlas Anvers

Projet de nouvelle construction urbaine pour le service Intégration de la ville et la Maison du néerlandais, comptant 3.750 m² de bureaux

Type

Etat

Procédure

Concours première place

Maître d'ouvrage

Dates

Surface

Collaborations

Stam Architecten
projet intérieur
Toon Heyndrickx
projet intérieur
Janenlies
projet toit-jardin
Eddy Henskens
étude stabilité
VK Engineering
étude techniques
Algemene Bouwwerken Frans Willems
entrepreneur principal

En février 2003, META gagne le concours ouvert pour le bâtiment 'Atlasgebouw' commandé par la ville d’Anvers. Le bâtiment héberge les bureaux du service d’intégration de la ville d’Anvers, la Huis van het Nederlands (maison du néerlandais) et le centre de documentation pour l’enseignement (‘materialenbank’) de la province d’Anvers. Le programme comprend des bureaux paysagers et des bureaux individuels, de grands espaces de réception et un espace d’exposition au rez-de-chaussée.

En conservant et en rénovant la structure en béton existante, située dans la Provinciesteeg, META aménage entre le bâtiment à l’avant et le bâtiment à l’arrière un jardin de ville qui jouxte l’espace public d’exposition. La grande profondeur de construction au rez-de-chaussée et au premier étage est compensée au cœur du bâtiment par un vide couvert de verre. Ce vide éclaire l’accueil et offre une orientation naturelle à l’entrée du bâtiment.

Le bâtiment a un squelette en béton rationnel qui lui confère une marque limpide où sont organisés circulation verticale et sanitaires. Le choix et l’organisation de cette marque, le plan et la façade neutres suscitent un potentiel maximal pour les usagers d’aujourd’hui et de demain.

Dans ce projet également, META a tenté de concevoir le gros oeuvre de façon très poussée et de le détailler de sorte qu’il puisse être récupéré comme parachèvement. Ce principe de ‘gros oeuvre = parachèvement’ permet de réduire au maximum le prix au m². Etant donné la charge politique et sociale du projet, la sobriété du parachèvement profite à l’image et au rayonnement de la construction.

L’approche intégrée des techniques assure un climat de travail agréable malgré les investissements modestes. Les techniques lowtech opèrent ici en symbiose avec le principe « gros œuvre = parachèvement ». Ainsi, un système judicieux a été mis en place de refroidissement nocturne et de ventilation diurne sur la base d’une aération naturelle du bâtiment.